logologologologologo

L'éco-blog
de votre transition
environnementale

< Retour accueil blog

Minimalisme : 3 étapes simples pour optimiser le tri de ses affaires

Le 04 mai 2020 par Bérénice SCHLERET   |   5 min de lecture

Minimalisme : 3 étapes simples pour optimiser le tri de ses affaires

Dès les premiers jours de confinement, je me suis donnée une mission : faire le tri chez moi. Seulement voilà, les jours passent et je n’ai toujours pas trouvé le temps (fausse excuse 😅) et surtout pour être honnête, pas trouvé la motivation pour m’y mettre. J’en ai parlé à mon amie Lucie, adepte du minimalisme (je vous en dit plus juste après 😉 ), qui à coup d’apéros-visio (pour ça j’ai le temps 😇) a fini par me convaincre de sauter le pas. Paraît-il, faire du tri dans ses affaires rendrait heureux 🤨 Vraiment ? Eh puis par où commencer au juste, et surtout que faire des affaires dont je souhaiterais me séparer après le confinement ? Je vous donne toutes les réponses à ces questions pour réussir avec brio votre grand ménage de printemps et repartir du bon pied 🙂

Étape #1 - Comprendre pourquoi faire le tri nous rend heureux·se ?

pourquoi faire le tri nous rend heureux·se ?

Vous vous demandez surement quel est le lien entre bonheur et tri ? A première vue aucun lien, bien au contraire même : la plaie. Du moins c’est ce que je pensais. Comme beaucoup, j’ai longtemps assimilé le tri à une corvée que l’on cherche par dessus tout à éviter. Eh bien, pour mon amie Lucie, faire le tri dans ses affaires, c’est se débarrasser de choses inutiles qui encombrent notre intérieur (et notre esprit) en leur donnant une seconde vie pour des personnes qui en ont vraiment besoin (et accessoirement faire moins de ménage car moins d’objets à dépoussiérer 😉). C’est gagnant-gagnant.

Lucie n’est pas la première à me parler du minimalisme, cette tendance trouve de plus en plus d’adeptes à travers le monde. En effet, ,nous sommes de plus en plus nombreux·se à nous questionner sur nos modes de consommation et à nous engager pour plus de sobriété dans de nombreux domaines (alimentation, achats, numérique…). Les études sont unanimes, ce sont les expériences et le temps pour soi qui nous rendent plus heureux, et non l’accumulation de biens matériels.

Mais au fait, qu’est-ce que le minimalisme ? Le minimalisme consiste à se débarrasser de tout ce qui est superflu dans notre vie pour ne garder que ce qui est essentiel à notre bonheur, en sachant bien évidemment que l’essentiel est différent pour tout le monde. Ce qui vous est essentiel sera peut-être superflu pour votre voisin et inversement, car nous sommes tous différents (et c’est ce qui fait la beauté du monde 🤠). Si vous souhaitez en savoir plus sur le minimalisme, je vous conseille cet article ou le documentaire Minimalism disponible sur Netflix 🤓. Mais alors par où commencer pour alléger son intérieur ? Mieux vaut-il « être », ou « avoir » ?

Tuto Minimalisme - Les 5 règles pour se lancer

La règle des 5 R

  1. Refuser : dire non aux objets inutiles que l’on veut absolument vous donner dans la rue, au café, dire non au mug publicitaire, à la touillette customisée, au stylo de votre banque préférée, au 79ème tote bag pour faire ses courses, ou encore au fameux cadeau de votre oncle que vous n’utiliserez jamais. Soyez rassuré.e.s, tout le monde y gagnera, vous, eux, et l’environnement.
  2. Réduire : faire le tri, désencombrer son environnement de vie et son cerveau par la même occasion, vous verrez, ça fait un bien fou !
  3. Réutiliser : ne laissez pas dormir vos objets. Offrez leur une 2nde vie en les offrant ou en les revendant sur des sites de don, de troc ou de vente entre particuliers. Vous ferez surement des heureux.
  4. Recycler : au bon endroit de la déchetterie, auprès d’entreprises ou d’associations spécialisées et autres organismes de recyclage. Ta collectivité saura te renseigner !
  5. Composter (ou Rendre à la terre) : quand c’est possible, un bac à compost ou un lombricomposteur permet de ne pas avoir à évacuer de déchets ménagers supplémentaires – et d’avoir un engrais bio et local pour vos plantes qui garniront votre intérieur ! On vous dit tout sur l’optimisation du tri de vos déchets ménagers dans cet article.

Étape #2 - Se lancer : c’est parti pour le grand ménage de printemps !

https://res.cloudinary.com/dghwrmp5n/image/upload/v1588586457/Tri_Bonheur3-min_y5jb7v.jpg

Mon amie Lucie m’expliquait que le confinement était une bonne occasion de faire le tri chez soi. Pourquoi ? Parce que nous sommes, pour la plupart, resté·e.s confiné·e.s chez nous et nous savons donc maintenant plus facilement repérer les objets que nous n’avons pas utilisé durant ces longues semaines. Pour imager la chose, c’est un peu comme le principe de Pareto : 80% des effets sont le résultat de 20% des causes. Si l’on suit ce principe, 20% de nos possessions nous procurent 80% de bonheur. Pour vous donner un exemple concret, nous portons 80% du temps seulement 20% de notre garde robe, et la liste est longue. Essayez pour voir ;). Vous êtes convaincu.e.s, c’est le moment où jamais de s’y mettre !

1. Trier par catégories d’objets et non par endroit

Selon Marie Kondo, consultante en rangement (oui, ça existe) : "Ranger pièce par pièce est une erreur. Procédez plutôt par catégorie d'objets. Commencez par les vêtements puis passez aux livres, papiers, objets divers, et terminez par les choses dotées d'une valeur sentimentale." Cette méthode vous fera gagner un temps précieux 🙂

2. Ne gardez que les objets (vraiment) utiles ou sentimentaux

Le meilleur moyen de choisir les affaires à garder est de les prendre chacune à leur tour dans sa main et de se demander : "Est-ce que cet objet me rend plus heureux.se ?”. Si la réponse est non, c’est qu’il faut se séparer de cet objet. Si vous hésitez, laissez-vous un peu de temps : exposez l’objet bien en vue et si dans 3 mois, vous ne l’avez toujours pas utilisé, c’est que vous devez vous en séparer. À quoi bon garder 6 casseroles alors que vous n’êtes que deux dans votre ménage ? Vous n’utilisez plus votre machine à café depuis plus de 3 ans ? Si vous vous persuadez qu’un jour ça pourrait vous servir (“car on ne sait jamais”), c’est qu’il faut se débarrasser de ces objets que vous n’utiliserez pas et qui prennent la poussière sans raison.

3. Classez les objets dont vous souhaitez vous séparer

Une fois le grand ménage de printemps réalisé, il ne faut surtout pas tarder à se séparer des objets dont vous n’avez plus l’utilité. Je vous conseille de les classer en 4 catégories :

  • Les objets cassés : vous pouvez soit les réparer vous-même avant de les vendre ou de les donner, ou les apporter dans un magasin spécialisé comme un repair café. On vous donne toutes nos astuces dans cet article. Si vraiment votre objet est irréparable, pensez aux pièces détachées qui pourraient faire des heureux·ses.
  • Les objets à revendre : certains de vos objets ont encore une certaine valeur ? Vendez-les sur des sites comme le Bon Coin ou comme Backmarket, le (super) marché des produits reconditionnés, ou donnez les, nous ne sommes pas obligé.e.s d’offrir que ce qui n’a plus de valeur marchande ;).
  • Les objets à donner : faites le bonheur de celles et ceux qui en ont besoin en donnant vos objets. Vous pouvez, par exemple, les déposer dans un centre Emmaüs ou dans les points de collecte Oxfam (livres et habits) ou encore dans les bornes Le Relais.
  • Les objets à jeter : pensez à trier les objets à jeter pour qu’ils soient revalorisés par la suite. Ce site de l’ADEME, vous permet de vérifier si vous respectez bien les consignes de tri et vous indique où apporter vos appareils électriques, votre ordinateur ou vos vêtements.

Vous voilà maintenant paré.e.s pour votre grand ménage de printemps 🙂

Étape #3 - Le bilan

Tri et bonheur

Un tri de ses affaires plus que bienvenu en cette période de remise en question de nos pratiques. Désencombrer son environnement de vie et revenir à l’essentiel en revoyant sa façon de consommer puis, plus globalement, sa façon de vivre : c’est utiliser ses ressources (temps, énergie, argent) pour ce qui compte vraiment pour vous. C’est posséder moins pour vivre plus, entretenir les relations qui nous portent et se délester de ce qui nous pèse, choisir les projets qui nous rendent heureux·ses et vivre pleinement le moment présent. Et si finalement le minimalisme était l’une des pistes pour le monde d’après ?

Pour approfondir le sujet, nous avons décrypté dans cet article la méthode danoise du bonheur : le Hygge 🙂

23 sur 27