Menu

Portraits d'engagé·e·s : Laurent Villette, référent périscolaire

Portraits d'engagé·e·s : Laurent Villette, référent périscolaire

Apolline COASNE - Nakoum

Article publié le September 25, 2020

Apolline COASNE

Nakoum

PORTRAITS D'ENGAGÉ·E·S #2 : Laurent Villette

À l'occasion de la semaine Européenne du Développement Durable, nos utilisateurs se dévoilent et nous parlent de leur engagement pour l'environnement . Aujourd'hui nous partons à la rencontre de Laurent Villette, référent périscolaire pour la Ville d'Arras.

Est-ce que tu peux te présenter ? 🤠

Laurent Villette, référent périscolaire pour la Ville d'Arras au sein des écoles Voltaire et Peguy. J'ai 30 ans, et mes passions sont toutes portées sur l'environnement : culture des plantes carnivores et atypiques de collection, potager, activité physique de pleine nature (kayak, randonnée, et tout ce qui peut se faire dehors). Il y a toujours de quoi faire en extérieur, peu importe la saison, il faut juste s'adapter à son environnement !

Comment l'écologie est arrivée dans ta vie ? 🌱

J'ai toujours aimé ça, transmis par mon père qui est un homme du dehors. J'ai passé des diplômes d'éducateur sportif avec des mentions environnement….et j'ai eu le déclic +++ avec mon épouse quand nous sommes devenus parents. Il nous a semblé nécessaire à ce moment de revoir notre manière de vivre afin d'inculquer les bonnes pratiques à notre enfant et le faire grandir dans les meilleures conditions (tant sur l'alimentation que les déchets, savoir se débrouiller en faisant un maximum de fait maison....). Aujourd'hui il y a encore du chemin à parcourir, mais certaines habitudes se sont ancrées et nous ne nous en portons que mieux!

Pourquoi avoir rejoint le Challenge Environnemental Energic ? 🏆

Le gros plus dans mon travail : faire du lien et des projets en pleine cohérence entre les services de l'école, le périscolaire, l'extrascolaire et les habitants. Tout est lié et le projet commun Energic est un gros plus qui a dynamisé les actions.

Aujourd'hui il y a encore 
du chemin à parcourir, 
mais certaines habitudes 
se sont ancrées et nous 
nous en portons que mieux!

Comment vis-tu ton engagement au travail ? 💪

Là était mon but professionnel en quittant mon métier d'animateur pour passer responsable d'équipe : mobiliser un maximum de personnes pour que les projets éco-citoyens deviennent des habitudes de fonctionnement. Ici, les équipes pluridisciplinaires (des enseignants aux animateurs, en passant par le personnel d'entretien) ont vite su se mobiliser et fédérer dans la mise en place de pratiques plus saines pour l'environnement. Des difficultés nous en rencontrons tous les jours, par exemple dans les produits utilisés, le matériel existant...nous sommes, et d'autant plus dans ce contexte sanitaire, contraints de nous soumettre à des réglementations où nous ne pouvons aller à l'encontre de celles-ci. Nous actionnons donc les leviers possibles, et pour les freins, il faudra le temps que ça prend, mais nous restons optimistes, et on y arrivera un jour !

Parmi toutes tes bonnes actions pour l'environnement, quelle est celle dont tu aurais envie de parler ? 🌎

Le déplacement au travail à vélo...J'ai quitté la voiture il y a deux ans pour le vélo. 11 km aller, le même au retour. C'est très contraignant (toilette en arrivant, parfois la fatigue physique s'installe, les blessures, le transport des vêtements de rechange, le stockage du vélo…). Cela me permet néanmoins de faire des économies financières, un bon geste pour la planète, et me permet de faire de l'activité physique quotidienne, de découvrir la faune et la flore aux 4 saisons et parfois des décors incroyables que nous ne pouvons voir en voiture. Outre le côté environnement, travailler à vélo me permet également d'arriver serein au travail, et le soir de pouvoir évacuer la pression avant de rentrer à la maison. Bref, les bienfaits physiques et psychologiques en sont vraiment bénéfiques !

Avant d'être une personne engagée dans la cause environnementale, quelle est ta pire honte écolo ? 🙈

La moto…. Je n'en ai plus aujourd'hui mais j'y reviendrai dès que possible...c'est mon péché mignon, mais égoïste c'est vrai. Outre la moto, ça a été de travailler pendant plus de 5 ans à faire 80 km aller/retour jusqu'à mon domicile 6 jours par semaine. Sur ce point la, c'est promis, plus jamais!

⭐ Questions bonus :

Petit mot de la fin : Nul n'est parfait, et chaque geste, aussi minime soit-il compte. Ci-dessous la petite histoire racontée par Pierre Rabhi:

Colibris tire son nom d’une légende amérindienne, racontée par Pierre Rabhi, son fondateur : Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : "Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! " Et le colibri lui répondit : "Je le sais, mais je fais ma part."

👉 Concernant le livre qui a changé mes pratiques, toujours Pierre Rabhi "Vers la sobriété heureuse". Livre pas forcément porté sur l'écologie, mais pour moi le bien-être est un tout, et je trouve qu'il fait très bien le lien.

Concrétisez vos engagements pour l'environnement,

en impliquant chacun.e au quotidien avec Energic !